Du fleuve rouge au Mekong – musée Cernushi

Au début du XXe siècle, l’Etat français encouragea des artistes à enseigner et à établir des écoles d’art ici comme dans ses autres colonies. En 1910, il créa le Prix de l’Indochine qui offrit à des artistes français une bourse en Indochine. Cette présence artistique contribua à l’ouverture en 1924 de l’Ecole des Beaux-Arts de Hanoï, sous la direction du peintre Victor Tardieu, appuyé par un jeune Vietnamien, Nguyen Nam Son. L’Ecole accueillit de nombreux professeurs qui formèrent les artistes indochinois aux techniques occidentales: architecture, peinture, sculpture, arts appliqués. Des écoles d’arts appliqués furent également créées.
Témoignages émouvants d’une fusion entre deux civilisations, les œuvres présentées dans cette exposition font revivre une époque et nous offrent une promenade dans un pays attachant .

Cette exposition jusqu’au 27 janvier 2013 se propose de présenter la vision des peintres français sur le Vietnam de la fin du XIXe siècle aux années cinquante et grâce à la mise en place des écoles d’art (l’Ecole de Thu-Dau-Mot en 1901 – L’Ecole d’Art de Bien Hoa en 1903 – l’Ecole des Arts Décoratifs de Gia-Dinh en 1913 et l’Ecole supérieure des Beaux-Arts de Hanoi en 1924), l’interprétation par les peintres vietnamiens de leur propre culture.

Rencontre avec la Directrice du musée Cernushi Christine Shimizu.

christine-shimizu-_-cuong-pham-phu.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez remplir le champs suivant pour valider votre commentaire. (champ obligatoire) *