Français d’origine asiatique – journalisme – élites

Il est bien normal que les journalistes Elise Vincent (Le Monde) – La soif de visibilité, Hélène Duvigneau – (Rue 89) – Enquête sur les Chinois de Paris,  interviewent quelques élites d’origine asiatique pour parler de la position des communautés françaises d’origine asiatique vis à vis de notre Nation.
Ces élites que nous pouvons compter sur les doigts d’une main sont « plus en vue » que de la masse écrasante et populaire des Français d’origine asiatique qui sont sans voix, méprisés et sans défense car ils sont considérés comme citoyens de seconde zone. Ces défavorisés représentent 99,99% des Français d’origine asiatique qui légitimement doivent être écoutés  attentivement également.

La société ? Les élus ?  les considèrent t-ils encore comme apatrides ou réfugiés, à qui on a donné à manger, à s’habiller quand ils sont arrivés en France ? Pensent t-ils que leurs descendants de ces Français d’origine asiatique qui sont maintenant Français à part entière dans leur tête ? Pensent t-ils que avoir un travail, une famille suffisent car après tout ce ne sont que des anciens réfugiés, apatrides !!!
Cette réalité constatée par nombreux de nos compatriotes de toute origine réconforte l’égoïsme car cette position affaiblit la solidarité entre Français et donc affaiblit notre Nation qui a besoin surtout pendant cette crise l’union car l’union fait la force et consolide notre Nation indispensable pour nous faire respecter et donner la confiance vis à vis du monde hostile qui nous entoure.

Ma position est toujours la même : Réconforter et être solidaire avec ces faibles. C’est de réclamer auprès de tous une équité juste et équilibrée pour eux. Pour réaliser ce but, je leur demande de se battre avec moi au sein de mon Cercle de réflexion sur l’avenir des Français d’origine asiatique et de mon Blog. Et surtout partout dans tous les niveaux lors de chaque rencontre, au travail, dans le marché, en vacances…partout, pour parler de leur situation de seconde zone : C’est cela la clé du succès que je m’emploierai de tous mes forces.

Les médias en général doivent se coller au peuple français qui sont contre les élites en général de tout bord qui ne représentent qu’eux même puisqu’ils sont nommés par le pouvoir politique et n’ont pas élu à leur poste par le peuple méprisé.

Je réclame l’équité et le respect pour cette masse LABORIEUSE donc productif en terme de comptabilité. C’est-à-dire avec la valeur ajoutée par rapport (les élites, les intellectuelles…) non productif. Que les médias nous donne la parole pendant cette période électorale à nous-le pays réel, si les médias ne veulent pas être accusés de partiaux, de connivences avec les détenteurs de pouvoir réactionnaire. Les médias sont subventionnés par le peuple qui est contribuable et les décideurs ne sont que des mandataires volatiles non élus mais nommés. Le peuple ne respecte que ceux qu’il met au pouvoir par leur vote car ceux qui sont nommés font partie de la cour partisane. Heureusement, il y a quelques nommés qui sont encore proche du peuple.

J’ai eu des entretiens de travail avec ces deux journalistes qui m’ont promis d’équilibrer des choses en nous donnant à nous – les défavorisés, les sans voix, les paumés, la parole car notre parole est déterminante pour le renouvellement de la prochaine classe politique de notre Nation d’ici 2012. Elles m’ont promis de nous permettre nous exprimer dans leurs colonnes à l’automne 2011 pour que nous puissions jouer notre rôle dans la campagne électorale d’ici mi 2012.
La masse, les sans voix ne sont pas les élites. Il ne faut pas que les journalistes croire que les élites qui sont comptés sur les doigts d’une main les représentent. Ils ne se reconnaissent pas du tout dans ces élites là qui veulent usurper de leur identité de diversité pour faire leur carrière personnelle, la preuve, ces élites là n’ont rien fait pour contribuer à les faire sortir de leur statut de seconde zone.
Nous demandons aux journalistes, aux médias de nous donner de l’antenne, de nous donner la parole pour nous exprimer. Et de laisser nous débrouiller nous même car, nous n’avons pas besoin des élites qui ne représentent qu’eux même , ils sont là pour faire seulement leur carrière personnelle. Et nous, nous  avons le pouvoir de pression sur les élus, sur les candidats. Si les journalistes ne nous donnent pas la parole, ils seront critiqués d’être partiaux. C’est à dire, ils font la lutte de classe mais ils sont du côté les bourgeois.
Enfin, vive la Nation française, vive la République et vive les Français qui aiment notre Nation sans distinction d’origine.
Cuong PHAM PHU
Fondateur du Cercle de réflexion sur l’avenir des Français d’origine asiatique

1 réflexion sur « Français d’origine asiatique – journalisme – élites »

  1. bien analysee comme sitution et pas mal criee aux oreilles de ces nantis qui ne meritent leur salaires payes par le peuple laborieux QUE quand ils acceptent de SERVIR les contribuables_peuple et NON pas d etre la pour SE SEVIR sur notre dos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez remplir le champs suivant pour valider votre commentaire. (champ obligatoire) *